10.03.2017

En toute alcalinité sur le toit du monde

P. Jentschura prend soin des alpinistes de l’extrême dans l’ascension du Mont Everest

Avalanches, énormes blocs de glace, températures extrêmes et vent glacial, tout cela est normal tout comme la chaleur par un fort rayonnement solaire. Le Mont Everest est la plus haute montagne du monde et même pendant le plus beau des printemps, il est imprévisible. C’est pourquoi les membres de l’expédition suisse-autrichienne doivent se préparer aux extrêmes et réaliser des performances maximales avec l’alpiniste expérimenté et chef de l’agence de trekking Clearskies, M. Hannes Gröbner. P. Jentschura les encourage en veillant à leur apporter suffisamment d’énergie en tant que fournisseur officiel.

« Dès maintenant, pendant la période de préparation, il est extrêmement important de soutenir l’entraînement par une alimentation appropriée, et les produits Jentschura sont pour cela tout simplement idéals », estime M. Gröbner qui est ravi d’avoir le spécialiste de l’équilibre acido-basique de Münster comme nouveau partenaire. Pour démarrer dans des conditions parfaites, l’organisme doit être chargé à bloc, explique cet alpiniste ayant l’expérience des grands sommets. Afin que les réserves organiques, ces fameuses réserves en glycogène, soient bien remplies, des glucides complexes de qualité, tels que les produits à base de céréales complètes, mieux encore, les produits sans gluten, le millet, le sarrasin, les pommes de terre et le quinoa, doivent figurer au menu. La bouillie de millet et sarrasin AlcaMatin et le plat millet-quinoa AlcaMenu de Jentschura aux légumes sont exactement ce dont les sportifs ont besoin.

D’ailleurs, tous les aliments Jentschura sont parfaits pour l’expédition pour deux raisons selon M. Gröbner : « Ils contiennent les ingrédients indispensables à l’énergie qu’exige une situation extrême et ils sont, de plus, faciles à préparer. » En avril, le trekking démarre au Népal pendant quatre semaines, à travers des paysages difficiles tels que la région isolée du Rolwaling et celle reculée du Khumbu pour s’acclimater à la haute montagne, avant de commencer l’ascension du plus haut sommet du monde, sans oxygène artificielle et sans porteur.

« Il est important pour nous d’approcher le mont avec dignité au lieu de le vaincre », explique M. Gröbner. « Nous, ce sont à ses côtés, comme chef d’expédition Markus Amon, l’alpiniste de l’extrême et chef du Touring Club automobile et moto d'Autriche « ÖAMTC », section « Secours en montagne par hélicoptère », Georg Leithner, guide de montagne de Salzburg et Noemi Beuret, alpiniste féminine de Suisse. Les quatre sportifs de l’extrême veulent escalader le toit du monde de façon naturelle. Aussi, aucun avion ou hélicoptère ne sera utilisé lors de la montée au campement de base, mais simplement une caravane de yaks et leur seul dopage sera la nature à l’état pur : les produits de P. Jentschura.

« Néanmoins, les yaks auront de quoi porter », dit en souriant le gérant et nutritionniste diplômé Roland Jentschura. En effet, il a pris soin de l’équipe de l’expédition en lui fournissant en tout 36 kilos d’AlcaMatin, 10 bons kilos d’AlcaMenu, 16 kilos d’AlcaVie, 35 kilos d’AlcaBain et d’AlcaDouche, de 7x7 AlcaPlantes et MiraVera ainsi que des bas alcalins. M. Roland Jentschura suppose : « Il en restera bien un peu pour la prochaine expédition ». Toutefois une quantité importante des denrées alimentaires notamment est chargée en fait, avec l’équipement et d’autres aliments, dans un conteneur de 200 kilos et transportée par bateau vers Katmandou.

Jentschura sait très bien que son soutien alcalin est utile. Pour une production optimale d’énergie, un apport d’une diversité végétale en minéraux, vitamines et substances végétales secondaires, comme on la trouve dans AlcaVie, est d’extrême importance afin qu’à partir de lipides et de glucides, la synthèse ATP génère l’énergie musculaire. La production d’acides est alors réduite et le tamponnage acide est optimisé permettant ainsi aux muscles de prolonger plus longtemps leur effort d’intensité. M. Jentschura : « Dans la phase de préparation, l’organisme doit être désacidifié de manière ciblée car les acides sont comme du sable dans les engrenages et des muscles suracidifiés ne donnent rien ! ». Parallèlement à l’alimentation et aux infusions dépuratives, un soin corporel alcalin sous forme de bains complets ou de bains de pieds contribue à désacidifier l’organisme par le biais de la peau.

C‘est pour cela que les alpinistes de l’extrême ne veulent plus renoncer aux produits. « Tous les quatre, nous avons très vitre remarqué que, cette fois-ci, la préparation se passe particulièrement bien », déclare M. Gröbner. De plus, c’est tout simplement super que, pendant l’expédition, pour notre apport en glucides et en substances vitales digestes, nous n’avons besoin que de très peu d’eau. Et si le soir, les jambes sont lourdes, nous pouvons les traiter tout simplement de manière alcaline pour une régénération rapide. Le jour suivant, sans aucune courbature, nous sommes alors d’attaque pour repartir en espérant que nous résisterons tous. » Et cela à 8 848 m d’altitude, dans des conditions géophysiques extrêmes, avec la force musculaire uniquement.

Des reportages en direct pendant l’expédition : www.clearskiesblog.wordpress.com, www.markus-amon.at et www.georg-leithner.at ; des informations sur la préparation : www.facebook.com/clearskies.at et sur P. Jentschura : www.p-jentschura.de.